Cinglée

Samedi 1er février // 20h
Espace Georges Dechamps – Herve

« Les faits ne cessent pas d’exister parce qu’on les ignore. » Aldous Huxley

Depuis que Marta Mendes est tombée sur un article relatant le premier meurtre conjugal d’une femme durant l’année 2017 en Belgique, elle passe ses journées à dépouiller les journaux en quête fébrile de ceux qui suivront. Devant la liste qui s’allonge irrémédiablement et dont elle tient le registre jour après jour, devant les boîtes d’archives qui s’empilent, Marta ne voit d’autre choix que d’écrire au roi Philippe qui, elle en est sûre, saura mettre un terme à cette situation qui la rend malade.

« Quand on lit un article, c’est un fait divers. Mais quand on regarde les caisses, c’est un génocide. » Cette pièce trace le parcours de combattant d’une résistante gagnée par la folie d’un monde qui refuse de voir, de reconnaître et d’agir. Son combat, et celui de Céline Delbecq à ses côtés, est aussi celui du vocabulaire, des mots utilisés par les médias pour parler de ces féminicides dont on ne dit pas le nom.

Après L’Enfant sauvage, Céline Delbecq s’attache de nouveau à placer la fonction théâtrale au cœur des fonctions sociétales et inversement.

Écriture et mise en scène : Céline Delbecq
Avec Yves Bouguet, Stéphane Pirard, Anne Sylvain, Charlotte Villalonga
Une coproduction Rideau de Bruxelles, Compagnie de la Bête Noire, Théâtre des Ilets/CDN de Montluçon FR, Atelier Théâtre Jean Vilar/LLN, Centre culturel de Dinant, Maison de la Culture de Tournai/maison de création, La Coop asbl.
Durée : 1h25
De 10€ à 16€
Rencontre-débat après le spectacle, en présence d’Adrien MASSET, avocat et professeur à l’ULiège

Ce texte s’inspire de la réalité aussi triste que révoltante de faits divers relayés par la presse. Les victimes citées sont réelles, mais pour le reste, cette oeuvre est le fruit de l’imagination de son autrice.
Si quiconque devait s’estimer concerné ou préjudicié, prière de contacter le Rideau de Bruxelles : contact@rideaudebruxelles.be